Ils sont fous ces Tuk Tuk

Publié le par Amaury

Comme je le faisais remarquer dans mon précédent article sur ma sortie à Gingee, nous avons vécu une expérience peu commune à notre retour de Pondi.

Habituellement nous faisons appel à un taxi d'Auroville, ils ont des prix fixes et sont toujours réglos. Cette fois-ci, celui que nous avions appelé ne se présentait pas après près d'une heure d'attente. Nous avons essayé de joindre d'autres compagnies sans succès et nous nous sommes donc orientés vers les tuk tuk, préssés de rentrer, et près à payer jusqu'à 150Rs le retour à Auroville (Prix appliqué par le taxi).Un tuk tuk accepte finalement après avoir longtemps refusé.

Voici un apercu plus court




Nous partons dans une direction que nous n'avions jamais pris avec les taxi. Soit, les tuk tuk ont toujours des petits raccourcis que seuls eux connaissent et où ils sont les seuls à pouvoir passer. Nous arrivons donc dans Auroville et même topo, un autre chemin que nous ne connaissons pas. Auparavant notre chauffeur s'était arreté aux visitor center suite à un appel de touristes. Il fixe un rendez vous quelques minutes plus tard pour les conduire à Pondichéry après nous avoir déposé chacun chez sois comme nous l'avions négocié. Les filles à la boulangerie Ganesh, et moi au CSR.

Nous nous apercevons soudain que notre chauffeur est perdu dans un coin d'Auroville que nous ne connaissons pas. Nous lui proposons donc de retourner sur quelques mètres et de prendre le chemin que nous connaissons. Lui n'en fait qu'à sa tête et fonce. Il est un peu énervé de s'être perdu et d'avoir cette course qu'il a accepté pour seulement 150Rs. Mais il se perd de plus en plus et donc s'énerve de plus en plus. Arrive un moment ou il demande sa route tous les 50 mètres, il faisait déjà noir et les passants commencaient à manquer. La pression montait, il roulait de plus en plus vite dans les chemins accidentés d'Auroville. Puis il se décide enfin à nous écouter et lorsque nous sommes de retour sur la grande route il nous demande d'aller prendre les deux autres personnes pour qui il doit faire sa prochaine course au visitor center. Ce n'est qu'à quelques centaines de mètres donc nous acceptons en espérant qu'il se calmera.

Nous montons donc à 5 plus le chauffeur dans un véhicule qui en accueille 3 (chauffeur exclu). Route vers Ganesh, toujours à fond. Arrivée pour les filles. Elles partent donc chez elles et le chauffeur s'étonne de me voir rester. Je lui explique que ce n'est pas parce qu'il à perdu son chemin qu'il ne doit pas respécter son engagement , celui de m'emener au CSR. Il m'annonce qu'il a des problèmes d'essence. Il arrête donc 2 motos pour leur demander de l'essence, aucune n'accepte mais la deuxième parle plus longtemps avec lui. Je me melle à la conversation, et l'aurovilien avec qui il parle me dit qu'il vaut mieux passer par le raccourcis que j'emprunte habituellement à vélo lorsque je rentre chez moi, afin que le chauffeur ai assez d'essence. Je lui demande confirmation pour m'assurer qu'il estime possible le fait qu'un tuk tuk puisse passer par ce raccourci uniquement utilisé par les moto, vélo et piéton. Pour moi cela semblait difficile mais pas pour lui.

Une fois confirmé nous partons en route vers chez moi, à près d'un kilomètre, mais entre temps le chauffeur change d'avis et ressort d'Auroville pour aller faire un plein. Nous retrouvons ensuite tant bien que mal mon raccourcis et malgré lui avoir expliqué que ce raccourci est dangereux pour un tuk tuk, celui ci se lance à pleine vitesse sur le chemin sablonneux et bossu. Cela n'a pas manqué, le tuk tuk a fait du 2 roues près à tomber de mon coté, j'ai donc donné un coup de pied pour nous redresser. Le chauffeur c'est aussitot arrêté et c'est excusé...

Je lui ai un peu "gueulé" dessu et dieu merci il ne me restait que quelques centaines de mêtres, ce n'étais pas faute de l'avoir prevenu, en plsu de cela sa lumière n'éclairait rien mais lui devant se croire en pleine rue de Pondi. J'ai longtemps réfléchi à le laissé tomber et continuer à pied mais il faisait noir et je ne pouvait retrouver mon chemin seul, même si ce chauffeur avait décidé de nous perdre ou nous blesser.

J'étais on ne peut plus content de rentrer entier, au moment de payer la note avait augmenté de 50Rs (soit 1/3) et n'ayant pas la monnaie nécessaire pour simplement payer la somme prédéfinie auparavant j'ai du payer les 200Rs pour l'heure de trajet. La monnaie qu'il avait la demie heure d'avant lorsque tout allait bien avait soudainement disparu. Je n'ai pas voulu faire un scandale, le chauffeur avait l'air aussi très tendu de cette escapade, et je pensais aux deux français qui m'accompagnaient et qui eux devaient rentrer à Pondi.

Une chose est certaine je réfléchirai à deux fois avant de monter dans un tuk tuk et se ne sera plus jamais pour un long trajet comme celui ci.

C'est un fait qui fait rire maintenant mais qui sur le moment n'avait rien d'amusant.

Commenter cet article