Dimanche 3 Aout : "3 Européens dans la ville" de Gingee

Publié le par Amaury

Ce dimanche 3 Aout a été une journée bien occupée, départ depuis Auroville en taxi direction Pondichéry pour prendre un bus à destination de Gingee, ville à 67km au Nord que l'on rejoint en 2 voir 3 heures pour seulement 20Rs (0,30€).

L'allé c'est plutot bien passé, nous avons pris le bus dès son départ, sans avoir trop de difficulté à le trouver, ce qui nous a permis d'avoir trois places assises cote à cote. Habituellement c'est une vrai mission pour trouver son bus, ils sont environ 40 dans tous les sens, aucune organisation ni place attitrée, juste des controlleurs qu'il faut attraper au vol. Après trois personnes à qui nous avons demandé notre chemin, nous étions installés dans le bon bus. En temps normal il faudrait demander la confirmation plusieurs fois.

C'était un bus grand luxe, DVD Dolby surround comme ils le disent sur la peinture du bus. Au final c'était 2 télévision diffusant un film en tamil avec un son effroyablement criard, qui malgrés qu'il soit énormément fort ,était couvert par le bruit du klaxon toutes les 5 secondes. Lorsque nous sommes arrivés à Villupuram quelques kilomètres plus loin le bus a été assiégé par un nombre impression de personnes. Voici un petit aperçu :

petite anecdote sur la photo, ne voulant pas nous retourner pour la photos nous avons simulé une photo de nous trois en rapprochant nos tête mais en ne cadrant pas bien la photo volontairement. Nous espérions donc passé un cognito, ce qui n'a apparement pas été le cas à en croire le regard de certaines personnes

Voici donc le genre de petits villages et commerces que nous avons traversés.

































Nous sommes arrivés en fin de matinée, un peu avant 11 heures. Nous n'avions finalement rien prévu sur cette visite, c'était un conseil de Dawn, Emilie avait vaguement lu le guide du routard mais nous l'avions oublié.

Nous avons donc fait la rue principale très rapidement en nous dirigeant vers le point culminant en haut duquel on pouvait voir des ruines.

Nous marchions à l'aveugle, sur les rues et chemins hors des sentiers touristiques. C'est d'ailleurs une ville dans laquelle nous n'avons vu aucun occidental d'ou le titre de mon article. En continuant notre chemin dans les quartiers résidentiels nous avons bien réalisé que les gens n'étaient pas habitués à voir des touristes c'est pourquoi nous avons essayé d'être les plus discrets possible.

Nous avons peu voir des singes, puis nous sommes sortis de la ville toujours en direction de notre petite montagne de cailloux.





































Et oui, c'est aussi ça l'Inde

Nous nous sommes  retrouvés dans la campagne où nous avons rencontré des jeunes dans un premier temps et des plus petits qui nous demandaient notre nationalité, nos prénoms, si on voulait jouer au cricket avec eux et dès qu'on leur a demandé notre chemin ils ont commencé à jouer avec nous, voulant nous faire escalader la montagne, ils ont d'ailleurs essayé demandé de l'argent en échange, mais nous n'avons pas cédé car nous avons bien vus qu'ils rigolaient entre eux.

Nous somme finalement arrivé au point d'entré du site par nos propres moyens, un site très joli d'où l'on a un magnifique point de vue. Le site a été construit sous la gouvernance française puis colonisé par les anglais. Heureusement pour nous le soleil n'était pas trop présent car l'ascension aurait été bien compliquée. Nous avions déjà fait l'erreur d'oublier de l'eau.





Après avoir admiré la vue et surtout reprit notre souffle, nous avons entamé une descente tranquille, assoiffés, et bien déterminé à prendre un "auto" ou "tuk tuk" (véhicule a 3 roues) pour nous ramener dans le centre. On nous a conduit dans la rue principale où nous avons déjeuné léger. Nous avons eu ici des contacts avec les habitants très intéressants. Ils étaient très intrigués, plein de compliments, pour ma coiffure et celle de Nell en particulier. Nous avons échangé quelques mots de Tamil. Je leur ai cité le peu mots que je connaissais et cela leur a beaucoup plu.

Nous sommes ensuite retourné dans la rue principale pour faire du shopping, les prix étant conséquemment moins chers que Pondichéry ou encore Auroville.





















Le retour à Pondichéry a été un peu moins confortable que l'allé, je ne sais pas si c'est parce que cette fois ci nous faisions partie des gens qui se tenaient debous, ou si parce que le trajet à mis une heure de plus avec un chaffeur qui abusait du klaxon encore plus qu'habituellement.

Toujours est-il que ce retour vers Pondichéry à toujours été bien plus agréable que celui de Pondi vers Auroville. Ce trajet mérite un article à lui tout seul. Je vous le rédigerai dès demain.

Cette journée à donc été très agréable, enfin un endroit où nous ne sommes pas accostés, dévisagés et où on se sent vraiment à l'aise.

Commenter cet article