1 semaine sans nouvelles

Publié le par Amaury

Et oui, si cela fait une semaine que je n'ai pas donné de nouvelles c'est parce qu'il ne c'est rien passé lors de celle-ci. Enfin si..., il aurait dû se produire pas mal de choses mais comme tout c'est annulé j'ai préféré ne pas en parler. C'est comme ça ici, il faut vraiment attendre que les choses soient faites pour enfin y croire.

J'avais prévu d'aller faire du sport avec un collègue, pour ce faire j'avais emprunté le scooter de l'entreprise, et mon collègue m'a posé un lapin. Le premier, car deux jours plus tard nous devions nous faire un restaurant. Ca n'a pas manqué j'ai mangé tout seul à mon appart.

En regardant à plus long terme, Carsten n'avait pas jugé nécessaire de me faire participer au salon de Delhi sur les energies renouvelables qui se tiendra du 21 au 23 Aout. Dalila (ma collègue française) devait y aller car il fallait une présence feminine. Puis cette semaine Carsten m'informe qu'il pourrait s'arranger et que j'étais le bienvenue au salon. De ce fait, j'annule mon voyage potentiel en road trip dans le Kerala avec mon collègue et ses amis, les deux voyages n'étant pas compatibles au niveau des horaires. Je prends en plus de cela 4 jours de congés après le salon pour aller voir Jaipur et le fameux Taj Mahal avec ma collègue.
Changement de planning en deux jours, ma collègue se fait opérer suite à une infection et prévoit de repartir en France le 5 Aout par sécuité, annulant ainsi notre visite du Nord.

Je me retrouve donc seul sans projet. Je vais tenter de voir si je ne pourrais pas m'arranger pour le road trip dans le Kerala mais ce n'est pas gagné.

C'est vraiment très embetant de travailler les samedis, cela ne laisse le temps de rien faire, et c'est encore plus désolant d'être seul à vouloir ou pouvoir bouger. Mes amies Nell et Emilie reviennent d'un rail trip du Kerala justement et en voyant leur photos je me suis vraiment aperçu qu'elles avaient vécu ce que j'attendais de l'Inde alors que je me retrouve cloitré à Auroville.

Cela sonne pas très enthousiaste tout cela! Il faut quand même voir le bon coté des choses : je m'en vais à Delhi 1 semaine avec des collègues pour préparer et assister au salon. Un de mes collègues, responsable marketing avec qui je m'entend très bien, est d'ailleur très motiver pour me faire visiter Delhi. Encore une fois je dis je "vais"' mais les billets seront achetés demain et entre temps il peut se produite énormément de chose.

Voila donc où j'en suis après ma journée de reprise et mon dimanche passé seul. Un stage n'est jamais la bonne solution pour découvrir un pays, surtout pas l'Inde ou les infrastructures sont pitoyables et où on travaille le samedi. C'est faisable pour une ville comme nous l'avions fais avec Sophie à Barcelone mais pas non plus pour 2 mois.

Cette semaine mon collègue m'a reproposé un restaurant... affaire à suivre, et nous prévoyons aussi  de visiter plusieurs écoles alentour pour lesquelles nous espérons mettre en oeuvre un projet. Je n'en dis pas plus car je ne sais pas si le projet ira jusqu'au bout. Croisons les doigts!

NB: Je suis toujours en train d'écrire un article sur les indiens, leur culture et leurs habitudes et celui ci ne serait tardé, j'ai justement prévu de filmer des collègues demain au travail pour vous donner une image de leur physique et du tamil.
De plus je n'ai pas jugé nécessaire d'illustrer cet article par des photos sinon vous auriez pu me voir suant sur mon vélo creuvé en train de le pousser sur 2km à 35°C, ou encore au beau milieu d'une coupure de courant, sans ventilateur et avec une lampe torche, posé sur mon lit en train de lire. Sur ces nouvelles, JE M'EN VAIS FINIR CE FOUTU LIVRE.lol

Commenter cet article

Ice 28/07/2008 16:36

Tiens bon Momo, cherche le meilleur dans cette expérience et dis toi que même si ce n'est pas assez "roots" à ton goût, tu aurais sûrement pu tomber sur bien pire...
Mitrailles de photos on attends que çà.
PS: Claire ce joint à moi pour t'encourager dans ton aventure mais ne peu plus commenter car plus d'Internet chez nous suite au déménagement.
Bise mon grand