Mercredi 9 Juillet, 17h30 : Je suis Hindou !!!

Publié le par Amaury

Je reviens tout juste d'un rodéo à Pondichéry avec mon collègue informaticien. Je suis devenu Hinou quelques minutes après être parti en moto vers la ville la plus proche pour allé chercher mon Panasonic DMC TZ4-S.

Je suis désormais persuadé que leur Dieux sont les plus puissants qui existent, sinon quoi je serai mort une dizaine de fois. Nous nous sommes échauffés sur les routes terreuses et caillouteuse parsemmé de dos d'ane sans jamais dépasser les 45km/h mais je me serais cru dans un rally moto parfois complètement décollé de la selle et des calle pieds. C'est peu être l'absence du casque qui fait cet effet. Toujours est-il qu'après le vent vient la tempète et une fois sur la route goudronnée, c'est le traffic qu'il à fallu combattre.

Après cette balade d'une bonne heure, je ne suis plus très sure qu'ils roulent à gauche. Ils roulent finalement aussi à droite.

Dès l'or que l'on arrive sur la grande route, c'est un changement de décor total, des gens partout, du traffic à gogo, du bruit, des odeurs, très souvent mauvaises, de la poussière, de la fumé, la pollution. Il faut regarder partout car les voitures, bus et motos doublent de partout. Fait exprès mon collègue avait retiré ses retroviseurs, peut être pour le style, peut être pour l'aérodynamisme, mais certainement pas pour la sécurité. Sur la grande route on ne dépasse pas les 60-65 km/h en pointe et pourtant c'est les mêmes impressions que dans la forêt avec une route étroite. On est à 400km/h sauf qu'en plus les bus et voitures te croisent en sens inverse à quelques dizaines de centimètres.

Quelques règles à bien respecter pour être un vrai Indien au volant :
1- Freiner au dernier moment
2- Utiliser son klaxon pour avertir
3- Lorsque "l'adversaire" venant d'en face fait un appel de phares, c'est qu'il ne peut pas s'arreter, alors ON ralenti
4- Aux fameux feux dont je vous avais parlé, avec le compte à rebours, toujours repartir lorsqu'il est rouge vers - 5 (sec). La police sur les lieux ne dit rien

Nous n'avons finalement pas trouvé mon appareil numérique, au passage les prix ici pour les appareils électriques sont étrangement plus cher qu'en Europe puisqu'apparemment ils les importent de là.

Nous sommes passé dans une autre boutique récupérer du matériel pour mon collègue, Vasanth, et j'ai dû me le taper sur les genous, entre nous deux, tout le retour. Encore si ça avait été un petit carton, mais non c'était un boitier d'ordinateur autant dire qu'il était énorme, j'arrivai tout juste à voir par dessu.

Petite frayeur au départ de Pondi après avoir bu un coup ensemble, dans le traffic la moto a donné un étonnant coup sur la gauche, comme si quelque chose nous avait touché et nous avait déporté, Vasanth m'a demandé ce qu'il s'était passé, je n'en savais pas plus que lui. Nous sommes donc reparti, il faisait noir depuis peu, les routes n'étant pas éclairées et les gens roualnt en plein phare il faut espérer qu'il n'y à pas une vache ou un piéton dans l'ombre.

En tout cas c'était tout de même agréable de bouger un peu en fin de journée et se confronter à la vraie vie Indienne avec une personne locale.

Pour ce qui est du travail, cet après-midi j'ai dû tenir une formation sur le logiciel de GRC que nous somme en train d'implanter, le tout en anglais, et devant 7 personnes. Une bonne expérience mais un contraste culturel difficile à  apprivoiser, les indiens ont tous cette habitude d'incliner la tête de droite à gauche pour dire beaucoup de chose, mais souvent "oui", alors que mon petit cerveau européen interprète ça comme un "peu être". Il va falloir s'y faire!

Publié dans Visites

Commenter cet article

gargoulette 09/07/2008 20:42

Rectification Amaury, tu es " un doux"
bisous quand même

Sophie 09/07/2008 19:42

Ba là j'ai peur quand même Da!!